13 juin 2006

Les Hommes Fleurs

Coucou , c est nous .... Bon OK , on ne va pas debuter tout de suite par les superlatifs ... On va se retenir un peu ... On a juste eu l impression de faire un reve , eveille ca c est sur , mais , entre les voyages , les trajets et ce qu on a vu , ou plutot ce qui s est offert a nous , tout d un coup , sans prevenir , au detour des innombrables boucles d une riviere remontee en pirogue, on se demande encore si tout cela etait bien vrai ... La sensation d etre dans un autre temps , bien incapable de dire lequel car les references nous manquent , et puis trop d anachronisme pour pouvoir citer une epoque plutot qu une autre . Tout a commence par une journee de voyage en avion pour rejoindre Padang sur l ile de Sumatra . En se posant a Jakarta , tout de suite , apres la fugitive impression laissee par nos 2 jours a Bali , on remarque les femmes voilees dans l aeroport , les coupoles des mosquees apercues a l aterrissage , on est en terres musulmanes. A Bali , c est l influence hindoue qui domine , les odeurs d encens , les petits paniers d offrandes en feuilles de bananiers poses a meme le sol devant chaque maison , magasion , restaurant.
img_0187En arrivant a Padang , apres un deuxieme vol , c est l effervescence , le bruit , les klaxons et aussi les minibus customises (angkot) avec leurs ailerons et parchocs profiles de formule 1 , toute techno hurlante et vitres fumees ... Ca crane serieux ici dira Paul !
Une courte journee pour trouver les derniers cadeaux , faire les emplettes avant ... avant quoi ?? Une nuit de traversee a bord du Beriloga pour rejoindre l ile de Siberut .img_0226 On aurait du partir le soir meme mais , panne de moteur... Ca rassure, d autant plus quand on apercoit la bete , dans la pale lueur d un reverbere capricieux, ... Ca doit etre ca qu on appelle un boutre , sur la mer de Conrad . Tout en bois , ventru , perce de pleins de  petits hublots en demi lune , bien vetuste , on l entend deja gemir dans la houle...Pas de lezard , on est en premiere !! Une cabine avec 4 couchettes en bois recouvertes d un matelas un peu gras et qq gros cafard qui viendront nous rendre visite pendant la nuit . La mer est plate . La guirlande de lumiere des bateaux qui pechent ce soir nous illumine la mer .  Une demi lune a l horizontale nous accompagnera une partie de la nuit avant de s abimer + tard sur l horizon , droit devant . Route a l Ouest
Siberut Muara , le village principal de l ile . On y arrive au petit jour , soleil razant . Un coup de corne , qq bateaux echoues , beaucoup d epave . Sur le ponton , qq mobs sont la avec Falerius qui nous attend. On rejoins Henrikus au village . Le temps d un petit topo sur le programme et l organisation des jours a venir , on lance les courses et les derniers preparatifs . 2 h apres , vers 10h , img_0288on remonte la riviere en pirogue , chargee , bachee avec Daddy au moteur , Falerius et Andy le cuistot . Le niveau de l eau est tres bas... On part pour ...On sait qu on s arretera a 4h et demi , le temps de s organiser pour la nuit . img_0316Regulierement , le long des berges , on apercoit des troncs de cocotier tailles en escalier pour descendre a la riviere au dessus de la boue ., des pirogues amarres , et comme des bidons flottant qui s averent etre des sections de de gros cocotiers reliees entre elles par une lianne en rotin . Parfois , on distingue un toit de palmes qui depasse des arbres , et des enfants qui sautent dans l eau . La riviere se resserre , les obstacles se multiplient , troncs en travers , bouquets de bambous casses... Et puis il faut mettre les pieds dans l eau et tirer la pirogue sur les cailloux , de plus en plus souvent ca touche , ca frotte , ca bloque .img_0304 img_0330On double quand meme d autres pirogues , a la rame , le plus souvent des femmes avec leurs belles pagaies en forme de feuilles , comme au bresil dira Paul . C est vrai qu un parfum d amazonie ( qu on a pas vu ) traine par ici ! On s arrete pour piqueniquer , et c est dans l eau jusqu au cou qu on est le mieux pour manger car les petits ouinouin sont la ... Et puis la pluie s en mele . Une grosse averse . On arrivera pas jusqu  a Malagasat ou nous devons aller . On s arretera avant , dans un plus gros village , Madobak , apres 6h de navigation . Falerius nous emmene chez sa cousine Fernanda, une des premiere Uma . Tres vite , les enfants du village sont tous reunis devant la terrasse de la maison sur piloti et nous observent .  En fait , ce sont Paul et Max qu ils regardent .img_0347Et puis apparaissent les personnages importants du village , et d un coup , on ne sait plus ou on est , car les hommes medecines , tatoues sur tout le corps de lignes mysterieuses , en ... tenue traditionnelle , les gris-gris , colliers bracelets diademe de perles de partout , img_0341les cheveux longs tires en arriere , une espece de cigarette roulee dans de la feuille de bananier sechee au coin des levres , et puis derriere , sur le chemin qui traverse le village , un autre qui rentre de la chasse , avec son arc son carquois et sa sagaie , le sac en rotin sur le dos , ... Ca dessoule . On ne sait plus ou on est , si c est du bidon ou bien , mais, franchement , ils ont l air sacrement naturels , nus avec leur ceinture-pagne qui leur rentre dans les fesses !!! img_0350 Pas le temps de reflechir , il faut se souvenir de la formule de politesse "ana-i leolita" . Bonjour en Mentawai , car c est leur nom  (les hommes fleurs , c est plus charmant et image , mais bon ... ) .img_0384Ici , on parle le Mentawai , completement different de l Indonesien , et d un coin de l ile a l autre , ils peuvent meme ne pas se comprendre !!! Et on se sert la main en la portant au coeur apres , tres civilement . On comprend aussi tres vite pourquoi on est arrive avec une cargaison de cigarettes , car c est la preniere chose qui sort apres le bonjour , un geste tres explicite : t as pas une ptite clop ??Homme femme et enfants , (il n y a pas d age pour commencer) . Nous qui avons arreter , c est le comble d avoir les poches pleines et de distribuer ca avec ...un peu de remords quand meme . Ils fument comme des pompiers , clop sur clop .
Avant la tombee du jour , on sortira de la terrasse , agrandir un peu le cercle , on part faire le tour du village , assister au match de foot qui a lieu sur le terrain , devant la Uma du chef du village et du medecine man  .img_0355 C est un peu impressionant de se sentir observe et de ne pouvoir que difficillement communiquer . Max sort les raquettes de badmington. Je suis arretee en route par un groupe de femmes accroupies sur le chemin . Leurs visages expriment l amusement et la curiosite , se portant surtout sur les enfants . Je comprend que l une d elle me raconte qu elle a accouche par cesarienne .img_0343 "Ah ben c est drole , moi aussi !!" et ca part en rigolade . Les sourires decouvrant des dents bien pourries , meme chez les plus jeunes . Les ongles le sont tout autant , fissures , decolles , casses et les pieds , oh les pieds , tout etales , bien large , caleux , du solide ma bonne dame !!!
Le soir , apres un super repas prepare par Andy , qu on partagera avec Fernanda et sa famille , on ira a la fete de fin d annee de l ecole du village qui va voir partir qq eleves vers Siberut Muara , la grande ville d ou nous venons , pour continuer leurs etudes . Et puis il y aura moulte discours des differents personnage importants du village , le responsable de l ecole (il y a quand meme 4 ou 5 classes) , les differents representant du gouvernement , pour encourager les parents a envoyer leurs enfants a l ecole . Tout le village est reuni dans la nouvelle eglise en construction . Les mamans ont amenes des nattes pour y coucher les enfants au fur et a mesure de la soiree . C est un peu long , surtout quand on comprend rien , mais bon ...img_0393 Finalement , Damien remportera un gateau au encheres au profit de la caisse de  l ecole . Il y aura des danses et des chants , comme chez nous , ... une fete de fin d annee !. img_0365Le soir , avant de se coucher , les enfants nous diront qu ils sont content d etre la ; c etait pas gagne car , depuis le debut , il avaient un peu peur de ces hommes fleurs et la , la transition est douce , finalement .
Une bonne nuit , sur nos petits matelas de mousse (merci Jean-Louis) sous nos moustiquaire bien que de moustique , on en voit goutte.  Au matin , avant de partir , on passe a l ecole offrir raquettes de Badmington et  bonbons aux professeurs . Les enfants sont joyeusement eparpilles sur le terrain avec pour mission de couper l herbe a la ...machette . On a du mal a imaginer ca chez nous .
Il n a pas plu cette nuit , et l eau de la riviere etant tres basse , pour aller plus vite , on allege le bateau deja bien charge de provisions et de nos affaires . Donc on continue a pied pour rejoindre Malagasat .  On attaque avec enthousiasme , car on cuit dans cette pirogue en plein soleil et on a mal au c... img_0408Le sentier demande sde la concentration , car , malgre la saison seche , le terrain est tres boueux et c est en equilibre sur des troncs coupes que l on doit passer , quand ce n est pas les pieds direct dedans . Parcourt a risque pour Maxou qui perd l equilibre qq fois , mais on echappe au pire , qq egratignures tout au plus !. Apres avoir traverse un autre grand village ,on s arrete pour se raffraichir dans une courbe de la riviere et , c est la qu on croise Teouagoi et sa femme Sicalabai . Falerious nous presente . C est le chef de Malagasat chez qui nous allons rester . img_0427Quasiement nu , il porte son arc et son carquois avec une machette  pour lui , un panier en rotin sur le dos et une epuisette pour elle . Ils sont incroyablemenr beaux tout les 2 , d un autre monde .leurs yeux petillent , leur sourire nous accueillent avec chaleur ainsi que leur paroles que Falerius nous traduit . On se sent d un coup , tres tres loin , catapultes dans le temps et l espace ... on ouvre grand les mirettes . Le moment est exceptionnel ...
Leur fille santi est la aussi avec Massi , le fils de 10 ans qui vient a pied tout les jours a l ecole de missionnaire , presqu 1 heure dans la foret . C est sa volonte et il y en a peu qui font cet effort . img_0429Et la , on se retrouve a suivre Teouagoi , dans la foret avec une partie de sa famille . Il nous attend , patiemment , prend des chemins de traverse , on est dans la jungle , les lianes et tout et tout , et toujours la boue , la boue , la boue... On croise une femme assez agee , tatouee elle aussi , les colliers autour du cou , le visage bien burine , avec laquelle il discutera un moment , le temps d une ...ptite clop bien sur ! Et puis encore une pour la route ... On passera devant la Uma de son frere en construction . On arrive finalement  chez lui . Une  grande Uma, tres grande , tout en bois evidemment , le toit en palme , sur pilotis car tout autour de la maison , il y a les cochons et les poules ... Un grand tronc taille en escalier permet d y acceder . On pose les affaires , on s installe sans trop savoir ou , mais Falerius nous traduit . On est ici chez nous !

        img_0468

Posté par famillemorisot à 08:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Hommes Fleurs

    Oh là là, alors là c'est le pied de vous lire, on attend la suite avec impatience!
    Comment avez-vous eu le contact sur place avec Henrikus?Et Falerius?ça fait un peu Romain comme prénoms!Avé!
    A bientôt, on a hâte!
    BIZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZZ

    Posté par Cil, 14 juin 2006 à 10:10 | | Répondre
  • Les romains

    Et oui , chez les hommes fleurs , ce sont les missionnaires , pour la plupart italien qui sont arrives les premiers !!! Alors ils ont tous , du moins ceux des gros villages , un nom Mentawai et un nom catholique ...romain , mais c est vrai qu ils ont un peu exageres , les ritals ... On dirait qu il se sont moque , non ???

    Posté par famille morisot, 14 juin 2006 à 14:46 | | Répondre
  • ohhhhh

    Oh oui, la suite.......l'épisode n°1 des homme fleurs est pourtant long mais la fin laisse entrevoir une suite non ?? vite vite !!!

    Posté par Nanou, 14 juin 2006 à 21:44 | | Répondre
  • Encore, ENCORE, ENCORE, encore, encore.....
    y

    Posté par Yvette, 15 juin 2006 à 18:35 | | Répondre
  • adieu, sniff...

    J'm'en doutais, nom de dieu, j'm'en doutais!
    ça y est, les morisot, on les r'verra jamais. C'est comme brando dans "apocalypse now", le film. Sauf que là , c'est pas un film. C'est l'gars Damien avec sa p'tite Kinou et les petiots paul et max qui vont s'installer dans ce havre de paix. Déjà l'damien, y l'est méconnaissable, y'r'fume, y l'est tout maigre et tatoué!
    Alors, bon voyage dans la peaceful jungle mes amis
    marc sur l'adresse de thelma
    bises de toute la famille

    Posté par thelmouche, 17 juin 2006 à 19:07 | | Répondre
Nouveau commentaire